Les leçons de Brandon Mull, auteur de Fablehaven

Par Quentin

Aujourd’hui nous nous penchons sur les leçons de Brandon Mull. C’est un ami de longue date de Brandon Sanderson, et il donne occasionnellement des cours. Cet article provient de l’un de ces cours.

Brandon Mull en 2008
Brandon Mull en 2008

Cet article va être organisé selon 5 grands points que Mull considère comme étant les plus importants quand il s’agit d’écrire de la fiction. Ce sont des conseils qu’il a développé après avoir passé “pas mal d’années” à écrire professionnellement.

1 : les personnages

La qualité de vos personnage est la variable la plus importante. Le genre de votre livre (Western, SF, Fantasy…) n’est qu’un ensemble de costumes.

Vos personnages sont la raison pour laquelle vos lecteurs vont s’attacher à votre livre. Pour ce faire, il doivent apprendre à connaître les protagonistes à travers la façon dont ils réagissent, interagissent et observent le monde. Quand nous parvenons à comprendre les personnages, à réfléchir sur leurs actions et leurs motivations, nous pouvons nous identifier à eux. Ceci est une différence fondamentale entre les histoires correctes et les histoires à succès.

Une liste rapide des caractéristiques que doivent avoir vos personnages : ils doivent avoir des défauts à surmonter. Ils doivent faire face à de l’incertitude. Ils doivent faire preuve d’émotions et être appréciables.

2 : les relations

La famille, l’amour, l’amitié… Il y a un nombre virtuellement infini de relations envisageables. Vous devez comprendre vos personnages et tisser des liens entre eux. Selon Mull, quand les personnages ont de l’importance les uns pour les autres, ils ont de l’importance pour les lecteurs.

Brandon Mull soulève également un point très intéressant. Mettons que vous écrivez un personnage spécifique, avec un âge précis. Par exemple, une fillette de 12 ans. Vous ne pouvez pas espérer comprendre toutes les fillettes de 12 ans pour créer votre personnage. Vous pouvez seulement vous familiariser avec votre personnage et comprendre comment il ou elle fonctionne. Mull est un fervent supporter de l’idée que vos personnages sont réels et que vous devez vous efforcer de les traiter comme tels.

Si vous écrivez un texte sur un personnage de fiction, comme un génie ou un démon, vous voulez que vos lecteurs aient la sensation que ce personnage est réel. Vous voulez que ses réactions paraissent logiques et attendues pour un personnage de son type, s’il existait.

3 : les ennuis

Mull considère que quand vous construisez une histoire, vous pouvez commencer par envisager les péripéties des protagonistes. Il y a de nombreux types de problèmes possibles. Des conflits démesurés aux broutilles du quotidien, vous devez considérer que chaque ennui compte.

J.K.Rowling nous a donné un très bon exemple de ce concept. Chaque année à Poudlard, Harry et ses amis ont diverses préoccupations. Sauver le monde n’est que l’une d’entre elles. Il y a les cours, les missions, la famille, les amis. Dans chaque livre, l’auteure nous montre comment chaque péripétie est une occasion de faire réagir les personnages de manière proportionnée.

Mull nous présente également sa version simplifiée de la structure en 3 actes.

  1. Faîtes monter votre personnage dans un arbre
  2. Lancer-lui des pierres
  3. Faîtes le descendre

4 : Décisions

Les décisions sont les réactions de vos personnages.

5 : les conséquences

Les conséquences doivent paraître réelles. Elles doivent avoir un impact sur l’histoire et sur le personnage. Si vous avez recours, à un moment ou un autre, à des conséquences vides de sens, vous allez perdre vos lecteurs.

Je me souviens d’un épisode de Sydney Fox, l’aventurière. Elle et son acolyte traversent une poutre suspendue au dessus du vide dans un temple. On ne voit pas le fond tant le trou est profond, on ne voit que du noir. Soudain, son acolyte tombe. Il chute violemment sur 2 mètres. Le fond était faux. Il ne s’agissait que d’un sol peint en noir pour laisser imaginer un puits. Bien qu’astucieux et impressionnant à l’écran, cette scène à le désavantage de nous présenter une action sans conséquences. Après une chute qui aurait due être mortelle, nous apprenons que le piège était factice. Cela nous oblige à réfléchir sur les prochains pièges et s’ils sont factices aussi.

Puisqu’il y a un précédent, cela réduit grandement la tension que le public va ressentir.

Notons également, que pour Mull, le trio : ennui, décisions et conséquences constitue l’intrigue. Quand chaque partie est bien amenée et bien construite, votre histoire sera correctement articulée.

Quelques soient les conséquences, elles doivent être méritées. Si elles sont négatives, elles émergent typiquement des mauvaises décisions du personnage. Si ce sont des conséquences positives, elles doivent être méritées.

Conclusion

Quand votre livre fonctionne, les 5 points sont interconnectés. Chaque dimension de votre histoire doit prendre en compte les autres.